top of page

Les Soeurs du Val Perdu



Mes pas me ramenaient un à un vers la route que j’avais emprunté plus tôt ce jour lorsque j’avais quitté l’auberge où je m’étais abrité la nuit précédente, il était temps de rentrer, le jour tirant sur sa fin. Le bruissement et le craquement des feuilles sous mes pieds étaient les seuls sons à venir perturber la quiétude de la forêt dans laquelle je me trouvais alors. Pensant aux divers objets et plantes que j’avais trouvés en chemin et à leur prochaine utilisation, je ne remarquai pas immédiatement l’étrange mélodie qui commençait à emplir l’air autour de moi. Chuchotements d’abord, puis litanie répétitive et inquiétante. Elle semblait progressivement prendre le pas sur cet espace, comme si elle venait l'habiter, le coloniser. Puis un éclair de lumière aveuglante m’étourdit.


A peine avais-je eu le temps de réaliser ce qui m’arrivait que je me découvris avec stupéfaction dans un tout autre lieu, perdu dans les restes d’un antique édifice. L’heure, quant à elle, avait l’air d’être la même, les rayons du soleil qui irradiaient légèrement les pierres avoisinantes se faisaient moins intenses alors que l’astre lunaire commençait à se faire visible dans la voûte céleste. Mon déplacement soudain n’était donc, visiblement, que spatial. Le ruisseau longeant les ruines aurait pu conférer à ce lieu une atmosphère des plus paisibles, mais c’était sans compter sur les cinq femmes qui se tenaient là. Debout, en cercle, le visage tourné vers le ciel et les mains tendues devant elles, elles psalmodiaient en chœur, tandis que les pans de leurs capes noires respectives virevoltaient au souffle d’un vent qui pourtant ne semblait avoir aucune prise sur la végétation environnante.


Toujours à l’abri derrière un pan de mur effondré, j’observais leur rituel en silence tout en jaugeant mes potentielles adversaires. C’est là, en les détaillant, que je réalisai à quel point elles étaient toutes à la fois semblables et différentes. L’une d’elle, le visage encadré d’une longue chevelure sombre arborait d’imposantes cornes et était entourée d’une aura verdâtre tandis qu’une autre, bien plus jeune, portait des cheveux court d’un blond presque blanc et était environnée d’un halo rougeâtre. Deux autres, présentaient la même couleur rousse flamboyante, elles n’en restaient pas moins très différentes l’une de l’autre. La première portait une robe tout aussi noire que sa cape tandis que l’autre était vêtue d’une légère étoffe aussi mauve que l’émanation qui l’entourait. Enfin, la dernière, autour de laquelle flottait une forme de brûme vaporeuse bleutée, présentait les traits d’une poupée ce qui lui conférait une allure des plus singulières.




Pendant tout le temps que je passai à les épier, elles continuaient à répéter inlassablement la même succession de mots. Soudain elles se stoppèrent et restèrent immobiles, le temps semblait comme suspendu. Elles abaissèrent alors leurs bras et se jetèrent un coup d'œil entendu. La sorcière rousse à la robe mauve lança même un petit sourire mutin à l’une de ses consœurs.


Elles se mirent alors à s'affairer, l’une tirant vers elle un imposant chaudron, une autre farfouillant dans sa besace tandis qu’une troisième se saisissait d’un livre à l’aspect ancien pour en parcourir les pages. Curieux face à leur manège, je continuai ma veille silencieuse, essayant d’estimer si leur rite nécessitait que j’intervienne pour y mettre fin. Je me concentrai donc pour essayer de capter l’essence de leur enchantement. Bien que certaines d’entre elles aient l’air sinistre, je n’étais pas convaincu qu’elles soient particulièrement malveillantes. La suite de leur cérémonial me le confirma. Bien que j’ignorais exactement ce qu’elles faisaient, la magie se dégageant de leurs mains n’avait rien de foncièrement mauvais ou de dangereux, même si je ne comprenais pas le but qu’elles poursuivaient. Je décidai donc de les laisser à leurs occupations, ayant moi-même fort à faire, m'éclipsant sans un bruit. Il me fallut me mettre en quête d'un portail qui puisse me permettre de regagner la route de mon auberge, ce qui ne fut pas une mince affaire…


Cette collection est composée de 4 œufs de taille moyenne et d'un œuf plus imposant.

La mise à jour de la boutique aura lieu le 12 février à 21h.

106 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le Cycle

bottom of page