top of page

Fruits de la Forge


Oeufs de dragon

Après une brève période passée au sein de mon atelier, curieux d’en apprendre plus sur de nouvelles techniques ne relevant pas forcément de l’alchimie, je fis route vers la cité d’Ost-In-Edhil en Eregion, place emblématique des forgerons Elfes. Il faut dire que le travail du métal m’intriguait, bien qu’il me soit déjà arrivé, par le passé, d’en travailler par des procédés m’étant propres. Sympathisant sur place avec quelques artisans, j’avais finalement réussi à intégrer un petit cercle travaillant de concert avec Celebrimbor. J’eu donc tout le loisir de les observer à l'œuvre, prenant des notes dans un coin de la pièce et déambulant d’une forge à l’autre. Leur façon de transcender la matière présentait un intérêt des plus prononcés pour ma pratique de l’alchimie.


Quelques jours après avoir débuté ces observations, j’eu vent d’une invitation faite aux Elfes de venir visiter les forges de Khazad-Dum, légendaire cité souterraine des Nains. Il faut dire qu’en ces temps, les relations entre les Elfes et les Nains s’avéraient étonnement apaisées, les deux peuples se nourrissant mutuellement de leurs savoirs réciproques. Je parvins à me joindre à l’équipée sans trop de difficulté et nous nous mîmes en marche quelques jours plus tard.


***


Arrivés devant les portes du Royaume Souterrain, nous fûmes accueillis amicalement par nos hôtes qui nous conduisirent au cœur de leur propre forge, nous faisant au passage découvrir une partie de leur cité. Entre longues galeries et hautes salles, nous eûmes le loisir d’apprécier la qualité de leur architecture et de nous étonner de la luminosité, proprement étonnante, de certains de ces espaces pourtant situés sous terre. La route se poursuivant, il fut vite possible de sentir l’air se réchauffer : nous approchions de la forge.


Lorsque nous passâmes les grandes portes qui en barraient l'entrée, nous fûmes immédiatement happés par l’ambiance intense et vibrante qui y régnait. L'odeur âcre du métal en fusion flottait dans l'air, mêlée à celle de la suie et de la fumée. Le bruit des marteaux frappant l'acier résonnait dans les environs et dans nos oreilles, assourdissant d’abord, puis semblant créer une sorte de symphonie métallique emplissant chaque recoin de la forge. Il était aisé de ressentir l'énergie brute qui émanait de cet endroit. La chaleur intense qui émanait des brasiers ardents fit perler quelques gouttes de sueur sur mon front, tandis que les flammes, s’animant au cœur des brasiers, illuminaient les visages concentrés des nains s'affairant autour des enclumes. Leur habileté et leur précision avaient quelque chose d’hypnotisant et d’impressionnant, chacun de leur geste étant le fruit d’une maîtrise sans égale. Les étincelles jaillissaient telles de fugaces étoiles, jetant de nouveaux éclats de lumières avant de s'éteindre dans les cendres.


***


Nous restâmes sur place quelques jours, riches d’enseignements, échangeant avec les forgerons, les observant et mettant également la main à la patte. L’observation devint rapidement démonstration et travail en commun, tant et si bien que je finis par délaisser mes notes pour me joindre également aux artisans et travailler avec eux, à leur manière, mais aussi en ayant recours à mon domaine de prédilection : l’alchimie. Nous nous mîmes alors en tête de mêler nos savoirs dans la réalisations de pièces uniques. Utilisant différents minerais de la montagne et quelques ingrédients que j’avais emportés, nous nous lançâmes dans la confection de quatre œufs de dragons. L’ouvrage prit de nombreuses heures, réparties sur plusieurs jours, mais nous parvînmes à un résultat probant : recouverts d’écailles d’un noir profond, les oeufs de dragon dévoilaient, respectivement, à la lumière des reflets argentés, dorés, cuivrés ou vert émeraude. Reflétant la fusion de nos savoirs-faire combinés, on y ressentait la solidité de certains des matériaux utilisés et la puissance des autres. Quiconque les aurait tenu entre ses mains aurait pu ressentir la légère chaleur en émanant, bien qu’ils aient quitté la forge depuis longtemps, signe de la vie qui grandissait en leur sein.



Bien que j’ai prévu de confier ces créations aux forgerons Nains et aux forgerons Elfes, ceux-ci décidèrent de me les laisser, me donnant pour mission de leur trouver un foyer digne de ce nom où ils pourraient continuer de symboliser l’époque heureuse de l’entente de ces deux peuples.


La collection sortira mercredi 15 novembre 2023 à 20h30.

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page