top of page

Une halte au Donjon Rouge...


Oeuf de Dragon

La foule est dense à proximité des grandes portes, de quoi se faire déjà une idée de l’importance géopolitique et marchande de cette cité perchée sur trois collines. A l’approche de celle-ci aucun doute n’est permis : il s’agit là d’un lieu d’importance, loin des petites auberges croisées ça et là sur la route. En portant son regard vers le Nord, il est impossible de passer à côté de l’impressionnant dôme soutenu par de hautes murailles noircies. Si l’on s’aventure à regarder au sud, c’est la magnificence d’une bâtisse ornée de sept tours de cristal qui marque le voyageur. Entre ces deux monuments, sur la troisième colline, se dresse un bâtiment encore plus imposant que les deux autres, lui aussi orné de sept tours, plus trapues. Mais ce qui frappe, encore plus que la masse de l’édifice, c’est sa couleur rouge, caractéristique du grès rosâtre qui fut utilisé pour sa construction.


Quelques gardes sont postés, silencieux, près des portes qui desservent l’entrée de la ville, personne ne semble y prêter la moindre attention, tout le monde vacant à ses propres occupations. J’entreprends donc de découvrir la ville à mon rythme, en flânant. Les rues sont tantôt si étroites qu’il est impossible d’y passer de front, tantôt larges et ombragées. Certaines sont propres et ordonnées tandis que d’autres présentent un amoncellement de divers bâtiments tels des entrepôts et des greniers, qui donnent l’impression d’être entassés les uns sur les autres. Alors que je poursuis ma route, je heurte de plein fouet un garde massif que je n’avais pas remarqué. Le choc est tel que l'œuf à ma ceinture s’en détache et tombe. En moins de temps qu’il faut pour le dire, me voilà conduit, sous bonne escorte, au palais pour “répondre de mes crimes”. J’ignore ce qui m’est reproché, mais j’imagine assez aisément que cela a plus à voir avec l’œuf de dragon, que mon compagnon non désiré garde sous le bras, qu’avec le fait d’avoir heurté accidentellement un garde en patrouille…


***



Après avoir été mené de ruelles en ruelles, puis de couloirs en couloirs nous voilà rendus dans une vaste salle au fond de laquelle se trouve, surplombant l’assistance, un gigantesque trône. En m’approchant je réalise qu’il est constitué d’épées hérissées, visiblement fondues entre elles. L’ouvrage de fer est intriguant. Assis sur ce siège à l’aspect inconfortable, un homme donne audience. Les sujets du royaume défilent exprimant leur doléance ou se soumettant au jugement de leur suzerain. Alors que j’assiste à ce ballet, mon sinistre guide s’avance, s’incline devant le Roi, puis se lance dans le récit de notre rencontre. Le bougre a tout de même le toupet de me présenter comme un voleur en tendant mon œuf à son seigneur. Celui-ci l’examine avec attention, puis, après quelques instants, fait signe à l’un de ses conseillers. L’homme arborant une main ouvragée sur la poitrine, se penche alors vers lui pour recevoir à l’oreille ses instructions. Sans plus de commentaire, on me conduit de nouveau vers une destination inconnue.


***


L’attente est longue, je tâche de m’occuper en faisant les cent pas ou en regardant de temps à autres par la fenêtre l’agitation de la ville en contrebas. La pièce dans laquelle je me trouve est agréable. Assez richement décorée, elle dispose d’un bureau sombre positionné en son centre. Un peu plus loin, un petit couloir semble desservir une chambre. Je comprends alors qu’il s’agit d’un espace réservé à de potentiels invités de marque. J’ignore encore pourquoi c’est là qu’on m’a conduit.


Alors que le soleil amorce sa phase descendante, des pas se font entendre, rapidement suivis de l’ouverture de la porte. Dans son encadrement se tient Jaehaerys 1er, le Roi auquel on m’a présenté quelques instants plus tôt. Soucieux de me départir de l’image de voleur dont m’a affublé le lourdaud à armure, je m’incline, et commence à livrer ma version des faits. Le Roi m'interrompt d’une main levée et me tend mon œuf me faisant comprendre qu’il n’y a aucune méprise de son côté. C’est l’occasion pour nous d’entamer une discussion passionnante au sujet des dragons. Nous décidons de poursuivre en nous dirigeant vers Fossedragon, mon hôte ayant dans l’idée de m’y faire rencontrer les maîtres dragonniers. Lorsque nous passons la porte du Donjon Rouge, la nuit est tombée.


Invité à rester quelques jours supplémentaires, j’en profite pour continuer mon exploration de la ville et de ses alentours, mais aussi pour aller échanger avec différents artisans y professant. Chaque soir, une fois mes pérégrinations terminées, le Roi et son épouse Alysanne, me font l’honneur de venir me rendre visite ou de me convier dans leurs appartements pour m’y conter les hauts faits de leurs ancêtres. Des moments forts agréables qui rendirent mon départ d’autant plus difficile. Quand ce temps fut arrivé, mes hôtes me firent la délicate intention de m’offrir quelques fragments d’acier valyrien, persuadés que je saurais en faire bon usage.


De ces fragments et d’autres ingrédients récoltés sur Westeros naquirent 5 oeufs de dragons, marqués par l’esthétique particulière du Trône et nommés en l’honneur de Jaehaerys, Alysanne et leurs ancêtres Aegon, Viesenya et Rhaenys.


Cette collection est composée de 4 oeufs de taille moyenne et d'un oeuf plus imposant.

La mise à jour de la boutique aura lieu le 5 novembre à 21h.



63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page