top of page

La Malle d'Uchronie



« Veux-tu connaître l’arrière-salle du Refuge ? »


Ce soir-là, nous nous étions retrouvés, comme si souvent, assis autour du feu pour attendre que dehors la pluie s’arrête enfin, quand Delkinn avait prononcé cette phrase.


Le Gardien était assis, silencieux, mais il m’invita d’un sourire à me lever à la suite de Delkinn qui traversait déjà la grande salle. Je connaissais les alcôves de la pièce, ses tables où l’on pouvait à loisir se reposer seul ou avec d’autres réfugiés, et sa grande bibliothèque qui réunissait les savoirs des peuples anciens. J’aimais lors de mes visites promener mon regard sur les artéfacts étranges qui garnissaient les murs et les étagères, mais je n’avais jamais franchi la porte basse que Delkinn ouvrait devant moi.


La pièce n'était pas très haute, peu éclairée à ce moment de la soirée, et l’on entendait davantage la pluie qui battait la maison, pourtant, il s’y dégageait une chaleur accueillante, une énergie différente à celle de la grande salle. C’était le Cœur du Refuge, un cœur battant calmement.


De grands établis étaient couverts d’outils divers, le sol était par endroit jonché de cordes et de bois coupé. De grands dessins et des aquarelles, annotés et souvent inachevés, tapissaient pêle-mêle les murs à la façon d’un vieux laboratoire d’alchimie. Partout où le regard se posait, des matériaux, des livres entrouverts, des flacons de peinture, des croquis improbables.


« Voici la Malle d’Uchronie. Ici, comme nous l’avons voulu pour le Refuge, le temps n’a plus de prise. Ce qui m’y attache est la force de mon imagination ; si tu souhaites y travailler, il en sera de même pour toi. En tant qu’alchimiste, tu y es le bienvenu, car tu peux voir que dans cette partie du Refuge, la magie nous sert avant tout à créer, et tu es un Créateur, maître des Dragons ! ».


Tout en parlant, elle déplaçait quelques parchemins, rangeait ce qui se trouvait sous ses mains, découvrait les veines qui striaient la surface d’un établi longtemps dissimulé par des copeaux de bois. Je voyais dans ses yeux une lueur nouvelle, et je compris pourquoi elle m’avait invité à découvrir l’atelier.


Il n’y a pas de mots dans le langage ordinaire pour décrire ce qui se passait. Je me sentais étourdi, comme dépossédé de quelque énergie enfouie que je n’utilisais pas mais qui parcourait mon corps. Puis, sans qu’aucun geste ne soit nécessaire, une chaleur bouillonnante reprit possession de mon esprit, et firent surface des images nouvelles, des idées, des paroles oubliées, un millier de sensations impossibles à contrôler. Je revivais certains voyages et des rencontres passées, mais découvrais également de nouveaux élans pour de nouvelles routes, et surtout, en chaque cellule de mon corps, une envie irrésistible de m’asseoir et de créer, échanger sur de nouvelles visions, avancer, inventer.


« Tu as compris, n’est-ce pas ? La Malle d’Uchronie est mon officine : ce lieu est un catalyseur. J’aime y rester quelques heures, parfois sans rien faire, simplement rêver et espérer. Je repense à tous ces voyageurs et ces rêveurs qui s’arrêtent au Refuge, à leurs souhaits, et la magie fait le reste. C’est une magie primitive, ne t’inquiète d’aucune emprise !


- Je n’ai pas d’inquiétude, lui répondis-je. Nous avons toujours puisé notre force dans la magie naturelle.


- Oui, tu es en proie à ta propre force ici ! Elle t’appartient, se nourrit de tes passions et de tes rêves, et profite de ce lieu pour sortir, rencontrer l’énergie collective des artistes du Refuge d’Uchronie, et te revenir plus entière. En ce qui me concerne, je l’utilise pour mes baguettes avant tout, car le bois me permet de la canaliser. Les baguettes sont destinées aux personnes qui souhaitent justement retrouver cette énergie primitive en eux, aussi quand je les fabrique je pense aux mille sources de leur imagination, aux écrits des Grands Auteurs, et à mes propres rêves. C’est une magie protectrice et bienveillante qui enrobe mes artéfacts et mes parchemins. En tant que calligraphe, j’utilise le pouvoir des mots qui dans cette pièce me paraît si clair, et seulement quand le cœur me le dicte, je dessine l’une des visions qui m’apparaissent. »


Delkinn s’approcha d’un lourd bureau de merisier qui était recouvert de perles de cire et de plumes diverses. Elle saisit délicatement une pierre minuscule aux teintes bleues et la fit tourner entre ses doigts.


« La labradorite utilisée dans un collier, le tissage consciencieux du cercle de l’attrape-rêve, le bois de saule taillé… tout ici renvoie à la magie de l’Artisan. »


Je souris, apaisé et confiant. La porte s’ouvrit silencieusement, et j’aperçus le Gardien, avec à sa main le havresac que j’avais apporté pour mon séjour. Derrière lui, la voix fluette de la petite chamane, l’enfant du Refuge, résonnait en une chanson gaie. Je ne pus m'empêcher de penser que tout cela avait quelque chose de miraculeux : une harmonie parfaite créée par la magie d’un foyer, l’amour des autres et l’amour de l’Art. Je m'y sentais à ma place, plus encore qu'à l'accoutumée.


Le Gardien me tendit mon havresac que je saisis, toujours souriant, en posant mon autre main sur son poignet et en inclinant la tête en signe de remerciement. Là se trouvait tout le nécessaire pour me mettre au travail malgré la nuit naissante, fort d’une soif de créer, et désireux de traduire à ma façon la magie du lieu, je me mis à la tâche.


« Bonne nuit. », nous dit le Gardien, et il ferma la porte derrière lui tandis que Delkinn saisissait une plume et un lourd carnet.


 

Il y a quelques temps déjà, je vous avais présenté le Refuge d'Uchronie, les personnages qu'il abrite et leurs liens avec Onethrîn. Cette d'introduction m'avait permit de vous parler plus en détail de ce projet porté par deux amis chers à mon coeur.


De la même manière, le petite introduction romancée que vous venez de lire me permet donc de vous présenter la Malle d'Uchronie, petite soeur du Refuge, puisqu'elle en est, en quelques sorte, l'arrière-boutique. Tenue par Delkinn la Calligraphe, il s'agit de son officine où il est possible de retrouver certaines de ses créations artisanales. Parmi les différents trésors que renferme la Malle, il vous est possible de découvrir des baguettes magiques, des calligraphies, des illustrations, ou encore des bijoux et des attrape-rêves ! Il ne vous reste qu'à ouvrir la Malle pour en découvrir les artefacts !




48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le Cycle

コメント


bottom of page